L’abbaye Saint-Michel-de-Cuxa

Images en cours de chargement
Vue de l'abbaye depuis les vergers|La partie supérieure du clocher méridional|Le cloître et l’abbatiale|Maquette de l'abbaye|© Léonard GügiL’abbaye Saint-Michel-de-Cuxa|Le cloître|

L’abbaye Saint-Michel de Cuxa

Dans un cadre bucolique de vergers au pied du Canigou, l'abbaye Saint-Michel de Cuxa est animée par une communauté bénédictine. Fondé en 883, le monastère est surmonté d'un magnifique clocher roman percé de baies géminées.

La visite du lieu empreint de sérénité invite à découvrir les trésors d'architecture, en particulier le cloître de toute beauté en partie reconstitué. Les chapiteaux en marbre rose constituent un remarquable témoignage de l'art préroman en France.

Réputée pour son acoustique exceptionnelle, l'abbaye Saint-Michel de Cuxa accueille chaque été en juillet et août des concerts de musique de chambre dans le cadre du célèbre festival Pablo Casals.

Bref résumé d'histoire

En 956, commence la construction de la grande église qui est toujours debout. C’est un monument rare par son ancienneté, la plus grande église préromane conservée en France. Ses arcs outrepassés montrent son appartenance aux héritages du monde antique.

Au XIe siècle, Oliba, l’abbé de Ripoll et de Cuxa, régit l’abbaye pendant presque quarante ans et il construisit de nombreux bâtiments dont ne subsistent aujourd’hui qu’un clocher et la crypte. Au XIIe siècle, on construisit un cloître en marbre, cette œuvre de sculpture est remarquable pour son bestiaire fantastique et ses motifs végétaux finement ciselés. Le cloître et la tribune sont des chefs-d’œuvre de la sculpture romane en Occident.

En 1791, à la suite à la suppression des ordres religieux, les derniers moines partirent et l’abbaye est vendue. Les marbres furent démontés et vendus, beaucoup furent exportés aux Etats-Unis. Un «cloître» de Cuxa est remonté aux Cloisters de New York.

En 1919, Cuxa redevint une abbaye. Sa restauration tout au long du XXe siècle fut une véritable renaissance : l’église retrouva un toit, le cloître fut reconstitué sur plus de la moitié grâce aux chapiteaux retrouvés, les cryptes furent dégagées. Une communauté de moines bénédictins de Montserrat poursuit dans ces lieux une vie monastique commencée il y a onze siècles.

L'église abbatiale

L'église abbatiale Saint-Michel de Cuxaest un des très rares spécimens de l'art préroman en France. Il est caractérisé par l'arc en fer à cheval wisigothique d'origine orientale, qu'on peut voir dans la partie du transept dégagée des constructions postérieures. La voûte de la nef centrale, primitivement en simple charpente, a été restaurée selon les plans des arcs en ogive édifiés au XIVe siècle.

Le chœur de l'église principale est notamment orné d'un christ en bois sculpté et de stalles en bois. On observe dans une des absidioles romanes, une vierge à l'enfant polychrome du XIIIe siècle.

C'est à l'abbé Oliba qu'on doit attribuer la construction des deux clochers jumeaux, de style lombard, élevés aux extrémités des bras du transept. Il ne subsiste plus aujourd'hui que le clocher méridional. Il s'agit d'une tour haute de 33 mètres, décorée de bandes lombardes ; ses quatre étages sont percés de baies jumelées surmontées d'oculi.

Le cloître

Construit dans la décennie 1130-1140, le cloître roman est l'un des plus grands des Pyrénées. Il est séparé en deux parties, une remontée in situ et l'autre à New York. Les galeries sud et est sont couvertes d'une charpente de bois, la galerie sud-est la seule à avoir été complètement reconstituée, les autres ne l'ont été qu'en partie. Les chapiteaux en marbre rose du Conflent sont essentiellement décorés de thèmes profanes (feuillages, animaux), parfois aux inspirations orientales.

Le Festival Pablo Casals

Le Festival Pablo Casals de Prades est l’un des rares à être né du mélange inattendu d’un besoin artistique très fort et de la position passionnément engagée d’un humaniste et artiste exceptionnel. Fidèle à l’esprit de son créateur, le Festival propose à côté des grands chefs-d’œuvre de la musique de chambre la découverte de répertoires moins connus, classiques ou contemporains. Il accueille chaque année des solistes mondialement reconnus.

Les itinéraires passant par ce lieu

Infos pratiques :

Adresse :
Route de Taurinya,66500 Codalet
Tel :
+33 (0)4 68 96 15 35

Tarifs :
Adulte: 5 €
Jeunes moins de 18 ans : 3 €

Horaires :
Avril à septembre : 9h30 à 11h50 et14h à 18h
Octobre à mars : 9h30 à 11h50 et 14h à 17h

La visite est libre.
facebook
twitter
googleplus
linkedin