La poype des Fées de Buellas

Images en cours de chargement
La poype des Fées de Buellas|Photo VaxjoLes fossés protègent la tour et la basse cour|Photo Petit-patrimoine.comL'accès à la basse-cour dominé par la poype|Photo Petit-patrimoine.comLa tour et sa palissade|Photo Claude RichardetLa poype de Villars-les-Dombes|Photo Syndicat Val de SaôneLa poype Les Roussières à Saint-André-de-Corcy|Photo Syndicat Val de Saône

La poype des Fées à Buellas

La poype des Fées de Buellas est une reconstitution historique. L’originale a été détruite par son propriétaire en 1786. Des débris de tuiles et des fragments de marmite auraient été découverts, laissant indiquer que quelqu’un y aurait vécu. Les habitants du pays évoquaient la présence de fées, d’où son nom.

La poype a été reconstruite de la manière la plus vraisemblable possible à quelques hectomètres de l’emplacement de l’ouvrage historique. Elle se situe sur la D45 de Buellas à Montcet, à 900 mètres de Buellas à la hauteur du pont sur la rivière le Vieux Jonc. Un petit emplacement avec un panneau d’information est situé sur la gauche.

La poype est l’ancêtre du château fort

La poype dont l’étymologie proviendrait du latin poppia, signifie mamelon ou sein. Si l’origine des poypes est controversée, il semble acquis qu’elles aient constitué un ouvrage de défense servant de refuge au seigneur local au Moyen Age (Ve au XVI e siècle).

Une poype est conçue pour porter une tour en bois ou en pierre qui servait de refuge en cas d’attaque. La terre utilisée pour son édification est issue du fossé creusé pour la protéger. Au sommet, on trouve une tour ceinturée d’une palissade. Une passerelle permettait de traverser le fossé pour accéder à une seconde enceinte protégeant les villageois et leurs animaux. L’ensemble appelé la basse-cour était également entouré d’un fossé.

Les poypes de la Dombes

Au début du XXe siècle, on comptait encore 150 poypes dans l’Ain. Elles sont de moins en moins perceptibles dans le paysage à la suite à la modernisation de l’environnement. Mentionnons en particulier les poypes de Villars (Xe siècle) à Villars-les-Dombes et des Roussières à Saint-André-de-Corcy. Malheureusement elles n’ont pas fait l’objet d’une réhabilitation.

Dans la Bresse une période de conflits franco-savoyards, de guerres intestines et des pillages sont incessants : c'est la guerre des Roitelets. Le traité de 1601 rattache au Royaume de France une partie de la Dombes (la Dombes savoyarde), en échange du marquisat Salluces (Pressiat). Une partie de la Dombes reste, jusqu'en 1762, une province indépendante, enclavée dans les possessions des Comtes de Savoie.

Le village de Buellas

Le petit village de Buellas possède une église classée romane Saint-Martin du Xe siècle et sa galonnière du XVe siècle. C’est l'une des plus remarquables églises romanes de cette partie de la Dombes bressane pour son harmonie et son unité. Elle fut une possession de l'abbaye de Tournus qui y installa dès le XIe siècle un modeste prieuré bénédictin.

Infos pratiques :

Adresse :
Départementale 45,01310 Buellas

A savoir :
Mairie de Buellas
10 place de la Mairie - 01310 Buellas
Tél. 33 (0)4 74 24 20 38

La visite est libre.
facebook
twitter
googleplus
linkedin