L'abbaye du Thoronet

Images en cours de chargement
L'abbaye du Thoronet |© Olivier de VaulxVue de l'abbatiale|Le cloître|Photo Alain BourqueLe dortoir des moines|Le lavatorium|Photo Guillaume Colin et Pauline PenotLa salle capitulaire|

L'abbaye Notre-Dame-du-Thoronet

L’abbaye du Thoronet du XIIe siècle est l'une des plus remarquables de l'ordre de Cîteaux. L'émotion naît du dépouillement absolu de son architecture datant du XIIe siècle. C’est une harmonie de pierre et de lumière qui se combinent à la perfection. La beauté de l'église, du cloître et des imposants bâtiments conventuels, lui vaut d'être l'un des joyaux architecturaux de l'ordre de Cîteaux.

Avec ses sœurs, Silvacane et Sénanque, l'abbaye du Thoronet est l'une des trois merveilles cisterciennes de la Provence. Située entre une rivière et une source, l’abbaye se cache parmi les chênes, dans un site sauvage et isolé qui s'accorde bien avec la règle austère de saint-Bernard.

Bref résumé d'histoire

Les travaux de l’édification de l'abbaye Notre-Dame-du-Thoronet débutent en 1160. Au début du XIIIe siècle, le monastère abrite une vingtaine de moines. Mais deux siècles plus tard, le déclin de l'abbaye est déjà entamé. En 1790, sept moines âgés y résident encore. L’historien et archéologue Prosper Mérimée découvre l'abbaye en piteux état. Elle sera sauvée dès 1873. Cette restauration se poursuit depuis lors.

L’église abbatiale

Les dimensions de l’abbaye du Thoronet sont humbles environ 40 mètres de longueur sur 20 de largeur. Cela n’est pas comparable à celles de Cîteaux qui mesure 100 mètres de long. Le plan en croix latine est clairement visible de l’extérieur, car l’abbatiale est faite de volumes géométriques imposants qui sont agencés dans un esprit de géométrie absolu. La façade occidentale est sobre et fonctionnelle, l’harmonie de ses proportions est saisissante. Les pierres sont dressées avec soin.

Le dépouillement est total, mais l’architecture est transformée sous l’effet de la lumière. On en est parfois venu jusqu’à considérer Le Thoronet comme un temple manichéen de la lumière. En effet celle-ci donne à l’architecture son mouvement, sa forme et sa vie : elle paraît sculpter la pierre.

Le bâtiment des convers et le cellier

Il est remarquable que la construction du bâtiment des convers (XIIIe siècle) soit de la même qualité que celui des moines. Celui-ci est construit sur deux niveaux comprenant en bas un réfectoire et en haut un dortoir éclairé par de nombreuses baies. Le cellier est une longue pièce rectangulaire accolée à la galerie ouest du cloître. Au XVIe siècle le cellier est transformé en cave à vin, il reste actuellement des pressoirs. Le lavabo est considéré comme étant l’un des plus purs exemples de l’art cistercien.

Le dortoir des moines occupe l’intégralité de l’étage de l’aile des moines. C’est une grande pièce possédant un accès de jour depuis la galerie orientale du cloître et un accès de nuit menant directement à l’abbatiale. Malgré sa proximité avec les lieux spirituels, c’est un endroit consacré aux besoins corporels. Ceci explique une qualité de lumière très différente de celle de l’abbatiale.

Le cloître

Le cloître forme le centre du monastère. Il mesure en moyenne 30 mètres de côté. Sa construction commença en 1175, ce qui en fait un des plus anciens cloîtres cisterciens conservés. L’architecture est en osmose avec son environnement naturel. Les tracés simples mettent en scène la lumière pénétrant dans les galeries. Selon l’heure du jour et la saison, elle peut être découpée et géométrique, se projetant sur les surfaces comme une brûlure.

Le cloître

Le cloître forme le centre du monastère. Il mesure en moyenne 30 mètres de côté, comme la plupart des cloîtres cisterciens. L’architecture est en osmose avec son environnement naturel. Les galeries sont construites dans et sur le rocher omniprésent qui jaillit spontanément par endroits. La construction commença en 1175, ce qui en fait un des plus anciens cloîtres cisterciens conservés.

Les tracés simples, géométriques, réguliers, mettent en scène la lumière pénétrant dans les galeries. Elle est feutrée et diffuse, réfléchie par les parois plus ou moins lisses des murs et des voûtes. Selon l’heure du jour et la saison, elle peut aussi être découpée et géométrique, se projetant sur les surfaces comme une brûlure.

Les itinéraires passant par ce lieu

Infos pratiques :

Adresse :
83340 Thronet
Tel :
33 (0)4 94 60 43 90

Tarifs :
Plein tarif : 7,50 €
Enfant (18 à 25 ans) : 4,50 €

Horaires :
Ouvert tous les jours : 1er avril au 30 septembre, 10h à 18h30 (10h à 12h et 14h à 18h30 le dimanche)
1er octobre au 31 mars, 10h à 13h et 14h à 17h (10h à 12h et 14h à 17h le dimanche)

La visite est libre. Visite guidée.
facebook
twitter
googleplus
linkedin